JS : Des nouvelles du projet Lomé 2006 (Mars 2008)

Je me permet de mettre ici un mail de JS reçu en mars 2008, concernant le projet qui s'est déroulé en 2006 au Togo :

Bonjour a tous, voilà, je reviens du Togo où j'ai passé 10 jours de vacances. Ca faisait plaisir, j'ai revu Serge, Patrick et François. Ca faisait bizarre : Serge en costard, commercial (il connait maintenant par coeur le Togo et le Bénin, peut organiser des visites pour les touristes) - Patrick en costard chez Togocel, fiancé !! et Manou qui s'est marié...

Quel bonheur de retrouver ce pays, j'ai été au 54 (un peu décu par l'ambiance), mangé les brochette de la capitale, retourné a Kpalimé, voir les cascade.....Et puis aussi un passage à Agbalepedogan pour voir le projet, j'ai revu Elisée et Delphine qui vont bien, et le comptable.État des lieux : les ordi de la grande salle ont été rapatriés dans la petite (ancienne salle des profs) pour devenir une salle des prof (la grande salle du coup...faut suivre...). Ils sont maintenant au nombre de 30 (environs), alim detruite a cause du délestage (version officielle). ils attendent que l'assurance rembourse pour remplacer les alim.... J'ai pas voulu rentrer dans le détail pour ne pas être trop déçu... Et puis les ordis de l'administration sont tous retournés sous windows (et ils marchent très bien)...... D'après Elisée, seulement 2 cours ont été dispensés depuis notre départ, sous forme de démo..

Voilà, c'est un peu rude, mais ca n'a pas fonctionné dans la durée. Cela dit, je pense qu'il est possible de rattraper le coup, si jamais une autre promo retourne au Togo.

Bref, tout ca pour dire que j'en ai discuté avec Serge, et on a pensé a quelques idées pour pérenniser ce type de projet, afin de ne pas se retrouver à fournir 50 ordi a un collège pour qu'il trouve un moyen d'avoir gratuitement des ordi pour son administration.... En effet, notre préoccupation etait de rendre ce projet pérenne pour qu'il ne se casse pas la gueule quand on part. Mais nous ne savions pas exactement comment. Nous avons vu que pour la question du dédouanement, il était par exemple nécessaire de faire participer (financièrement) le bénéficiaire afin qu'il gère les choses correctement. Pour le suivi et la maintenance, nous avions formé Elisée (pour la petite maintenance) et demandé à Stephane de le soutenir quand ça devenait technique. Lorsqu'ils ont eu qq problèmes, Stéphane leur a proposé un devis pour effectuer les réparation ou une maintenance...les sommes qu'il proposait n'étaient pas énormes : de l'ordre de 50 000 FCFA (ie : 90 euros). Mais ils n'ont pas donné suite. On pense que pour pallier à ce problème, il est peut être préférable de raisonner de la manière suivante : nous avions choisi un partenaire : le lycée d'Agbalepedogan, à qui nous avions proposé un don d'ordinateur. Or notre objectif n'est pas un don d'ordinateur, mais l'apport de l'outil informatique dans une école. On aurait peut être du : établir une forme de contrat tripartite entre Afric'Edu, le collège d'Agbalepedogan et une "société" de maintenance informatique. Ainsi, le collège aurait été responsable de l'hébergement des machine et de dispenser les cours, et la"société" de maintenance de leur entretien. Le fait d'avoir 2 partenaire locaux, liés par un contrat les rend dépendant l'un de l'autre, cela les oblige donc un peu plus à pérenniser le projet.

Un autre élément est le fait qu'on reste très peu de temps sur place, et qu'on n'a pas de retour sur ce qui est fait. Pour cela, peut être est-il bon de prévoir par exemple 2 mois sur place : 1 mois de mise en place plus formation (comme on l'a fait), puis un mois durant lequel c'est vacances ou alors activité d'un autre type (animation ou autre) avec un suivi à la semaine. Cela dépend évidemment du type de projet, car s'il s'agit d'une école, il faut pouvoir en suivre le fonctionnement après la rentrée....Voilà, un peu le retour de ce que j'ai vu, les idées qui me sont venues, mais le sujet reste ouvert à la discussion. Et je pense qu'il est intéressant d'avoir les avis ou propositions de chacun pour les projets futurs, afin d'éviter certains écueils.

A bientôt tous,